Chers amis.

Merci d’avoir répondu présents si nombreux à cette dernière réunion publique avant le 1er tour des élections municipales le 23 mars prochain.

Merci aux acteurs économiques et sociaux, aux responsables associatifs, aux élus du bassin et vous permettrez un salut tout particulier à mon ami Michel Teston, Senateur de l’Ardeche, avec nous ce soir comme il l’a été pendant tout le mandat : fidèle soutien et relais précieux de nos dossiers.

Merci, car votre présence est notre meilleur soutien. C’est un signe d’intérêt ou de confiance, nous voulons avec toute mon équipe être à la hauteur de vos attentes.

Vous nous connaissez désormais.

Vous nous avez vus à l’œuvre au cours des six dernières années.
Six années consacrées au travail pour Annonay.
Six années pendant lesquelles nous avons tout mis en œuvre pour tenir nos engagements.

Cette soirée, ici dans ce théâtre que nous avons rénové avec la communauté d’agglomération, cette soirée vient clôturer une série de rencontres au cours desquelles nous avons échangé avec beaucoup d’annonéens, avec beaucoup d’entre vous.

Nous avons pu constater l’utilité de notre travail depuis six ans.

Nous nous étions engagés à réveiller Annonay, à rénover notre Ville, à la faire vivre et à plui rendre son rôle de cœur battant de l’intercommunalité.

Nous avions dit notre volonté de travailler au service de l’intérêt général et de la solidarité, convaincus qu’une société forte est une société juste, bienveillante et qui veille sur les plus fragiles pour que personne ne reste au bord du chemin.

Nous avions aussi dit que nous voulions travailler avec sérieux.

Avec rigueur même car notre ville paie encore les erreurs et les errements de quelques-uns qui ont cru devoir s’affranchir des limites comptables et budgétaires comme l’avait rappelé la chambre régionale des comptes dans son rapport de 1998 sur la gestion des années précédentes.

C’est la raison pour laquelle, parce que nous sommes convaincus que le sérieux budgétaire n’est pas un frein mais au contraire la condition essentielle à la poursuite de nos ambitions, que nous avons veillé à limiter nos dépenses de fonctionnement, à investir massivement pour rattraper le retard d’équipements de notre Ville sans augmenter les taux d’imposition de la commune et en poursuivant son désendettement.

Depuis six ans nous avons travaillé, et je le dis à mon équipe municipale, ici et devant vous : merci !

Merci de prendre sur votre temps, sur vos familles et sur vos carrières pour mettre en œuvre ce beau projet de modernisation et de développement de notre Ville.

Merci pour votre aide et vos soutiens précieux.

La majorité municipale, dans toutes ses composantes, a toujours répondu présent.

En apportant des idées, des projets et de solutions. Le contraste a souvent été grand, abyssal même, avec les séances du conseil municipal pendant lesquels notre opposition ne savait que critiquer, ricaner et parfois donner le sentiment de jouer les oiseaux de mauvaise augure en se félicitant des inquiétudes et en se réjouissant des mauvaises nouvelles.

C’est désormais derrière nous et nous ne devons pas y accorder plus d’importance que d’attention.

Je le disais, nous avons travaillé. Nous travaillons. Et nous n’avons qu’une aspiration : continuer.

Nous avons rénovés d’abord.
La voirie, les espaces publics comme la place des Cordeliers voisine, ou encore les bâtiments municipaux.
Tous en avaient besoin et nous l’avons fait avec toujours le souci de mêler rénovation et accessibilité pour que pas un m² ne soit interdit à aucun de nos concitoyens.

Nous avons animé!
Avec des moments exceptionnels comme le Tour de France ou le feu d’artifice mais aussi en soutenant les associations dans les domaines culturels, sportifs mais aussi commerçants pour le développement de leurs activités, de leur programmation ou de leurs évènements tels que la braderie ou la nuit des soldes.

Nous avons veillé sur les plus fragiles.

Nos aînés d’abord en développant au niveau du bassin une politique de maintien à domicile, de mutualisation des moyens et de portage de repas à domicile avec des tarifs adaptés.

Nos jeunes aussi avec des outils de citoyenneté, de débat mais aussi d’écoute et de soutien à celles et ceux qui traversent des moments difficiles.

Nous avons aussi veillé à soutenir et aider par une politique sociale active celles et ceux qui connaissent la précarité, soit directement, soit en soutenant les associations comme les Restos du Cœur ou le Secours Populaire que nous avons relogés.

Nous avons été aux côtés des familles.
De toutes les familles en augmentant le nombre de places en crèche, en créant un pole petite enfance sur l’avenue de l’Europe, en veillant aussi à ce que les tarifs de cantine n’augmentent pas depuis maintenant 5 ans.

Les familles, ce sont aussi les enfants et c’est pour cela que nous avons beaucoup investi dans les écoles et multiplié les activités sportives ou culturelles pour que tous les enfants y aient accès, quelle que soit leur situation familiale.

Cela nous sera très utile pour réussir la réforme des rythmes scolaires.

Nous avons, enfin et pour être bref, fait le choix de l’intercommunalité.

Il n’était pas normal que depuis 30 ans, 40 ans, des équipements comme le théâtre, la bibliothèque ou la piscine soient utilisés par les habitants de tout le bassin mais financés par les seuls contribuables d’Annonay.

C’est pourquoi nous avons transféré leur gestion, et un certain nombre de compétences a niveau intercommunal : pour partager les couts et pour avoir une plus grande force de frappe.

Nous sommes convaincus que le temps des guerres de clochers est un temps révolu, qu’il appartient au passé. Et convaincus que c’est en unissant nos forces que nous réussirons.

C’est comme cela, unis et rassemblés, que nous avons pu aménager des zones d’activités, racheter des friches industrielles et créer de nouveaux équipements comme la déchèterie.

Et c’est grâce à tout cela que nous avons pu accompagner le développement et la création d’emplois chez Nutrition et Santé, MP Hygiène ou encore Concepts Fruits.

C’est rassemblés et unis aussi, que nous avons discuté avec le Conseil Général et obtenu la création de la rocade de Marenton ou le lancement de la rénovation du collège des Perrières après la belle rénovation de celui de la Lombardiere.

C’est rassemblés et unis que nous avons sauvé les salaisons de Roiffieux et que nous sommes aux côtés d’Iveco, ici et ailleurs avec parfois ma casquette de parlementaire pour les aider à surmonter des difficultés mais aussi gagner des marchés.

Iveco!
Cette usine est le poumon de notre économie et premier employeur de notre territoire. Nous l’accompagnons, nous la soutenons, tant ici qu’ailleurs lorsque nous nous transformons en VRP de la qualité de notre industrie auprès des maires acheteurs d’autres communes. Notre ami Michel Teston en sait quelque chose !

Je pense notamment à Grenoble qui a commandé 40 bus de haute technologie le même jour que la signature du contrat au Kazakhstan.

La liste pourrait être longue si je voulais passer en revue tout notre bilan. Tel n’est pas le but de cette soirée.

Tel n’est pas le but car, lors des réunions de quartiers, des réunions thématiques, vous êtes nombreux à avoir insisté sur un point en particulier : vous nous avez dit votre envie que cela continue !

Qu’Annonay Avance et continue à se rénover, se moderniser.

Votre volonté que la Ville reste au cœur de la solidarité intercommunale mais aussi fidèle à ses valeurs de solidarité, d’égalité et de progrès.

Vous nous avez dit, et nous le partageons, que beaucoup a été fait. Que les fondations de ce beau chantier qu’est la rénovation d’Annonay ont été posées mais qu’il faut aller plus loin !

Nous pensons, comme vous, qu’il faut preparer l’avenir, aller de l’avant et continuer à travailler.
Nous sommes devant vous pour cela.

Avec une seule ambition : notre Ville.

Avec une seule envie : continuer à travailler.

Avec un espoir : mériter encore votre confiance.

Nous abordons, j’aborde, ce second mandat avec la conviction que notre ville a besoin de stabilité, de continuité, et de cohérence.

Il m’est arrivé trop souvent d’entendre nos partenaires considérer que notre urbanisme n’était pas assez homogène, trop disparate. Que tel ou tel quartier, comme le centre-ancien, avait connu des travaux et qu’il aurait gagné à les voir continuer !

Ils avaient raison. Annonay a manqué, Annonay manque depuis trop longtemps de stabilité et de continuité dans l’action municipale.

C’est la raison pour laquelle nous nous présentons devant vous, forts de notre expérience du premier mandat, avec une envie d’agir intacte et renforcée par l’arrivée de nouveaux talents, et surtout la volonté de continuer le travail engagé !

Nous faisons 40 propositions pour qu’Annonay soit plus accueillante, plus inventive et plus solidaire.

40 propositions rassemblées autour de 4 priorités.

Nous voulons d’abord continuer à rénover notre ville pour lui donner une nouvelle jeunesse et la rendre plus accueillante.

Cela passera par l’accroissement des capacités de stationnement en créant un parking rue Boissy d’Anglas et en construisant un niveau supplémentaires au parking de la Valette et aussi sur le site de Faya.

Cela passera aussi par la poursuite du projet de « cœur de ville historique » avec la rénovation de la place de la Liberté, de la rue de Deume, de la rue du Dr Barry et de la rue Boissy d’Anglas.

Nous devons poursuivre la rénovation en continuant à rénover la voirie, avec notamment la seconde tranche de la rue Gaston Duclos, la sécurisation du quartier de Bel Air et de l’avenue Daniel Mercier, ou encore l’amélioration de l’accès à l’hôpital.

Il nous faudra aussi, pour faciliter les déplacements installer un ascenseur urbain entre la gare routière de Faya et la place du Champ de Mars qui sera elle aussi réaménagée pour sécuriser l’accès aux écoles.
Ce projet, nous l’avons imaginé en 2010 lors du lancement du chantier de rénovation du centre-ville.

Nous voulons de la même manière continuer à sécuriser les cheminements piétons, à rénover les trottoirs et améliorer l’accessibilité dans tous les quartiers

D’autres grands projets d’aménagements devront être menés comme la création du nouvel éco-quartier de Fontanes avec des logements « basse consommation d’énergie » et éventuellement un équipement sportif en lien avec le collège voisin.

Nous voulons aussi démolir des friches industrielles au quartier de Cance pour y créer un parking et aménager les bords de la Cance.

Et bien évidemment il nous faudra aussi terminer l’opération de rénovation urbaine du quartier de Zodiaque.

La rénovation, c’est aussi le quotidien.

Et c’est pourquoi nous tenons beaucoup à continuer les travaux d’accessibilité, en rénovant en particulier les écoles Van Gogh et Daudet pour qu’elles soient exemplaires, mais aussi la voirie, les parcs et les bâtiments.

Enfin, toujours au titre du quotidien, nous proposons de mettre en place un numéro vert et une équipe d’interventions rapide pour la propreté et les petits travaux

Notre seconde priorité est qu’Annonay soit une ville qui vit !

Annonay est riche de ses associations et de leurs bénévoles. Nous voulons continuer à les accompagner et les soutenir !

Cela passera par la poursuite du programme de rénovation des équipements sportifs avec notamment la restructuration du site de Vissenty, la modernisation du stade Alain Dupuy et la mise aux normes des gymnases, mais aussi par la construction d’un nouveau gymnase dans le cadre de l’agglomération, avec un mur d’escalade, ou encore par la création à la piscine de Vaure d’un bassin de plein air et de jeux aquatiques.

Nous voulons aussi aménager un parcours sportif et une piste cyclable dans le vallon de la Deume ainsi que des parcours de santé dans les parcs municipaux, en particulier ceux de Déomas et des Platanes.

Toujours pour favoriser les pratiques sportives, nous proposons aussi d’installer un plateau multisports dans chaque quartier sur le modèle de celui de la Croze, mais aussi de créer un Pass’ Sports et Culture, sur critères de revenus, pour favoriser l’accès de tous et notamment des 18-25 ans.

Nous voulons aussi, au cours de ce mandat qui s’ouvre, rénover la MJC et installer une maison de quartier au cœur de la ville haute, continuer à soutenir les acteurs culturels pour faire d’Annonay une référence régionale et nationale, et mettre en place une programmation estivale sur les Cordeliers et les autres places de la Ville, en lien avec les associations et les commerçants.

Nous veillerons, évidemment allais-je dire, à développer et conforter les actions culturelles et d’éducation populaire, comme le Salon du Livre, et garantir l’accès des scolaires aux spectacles et expositions.

Il nous faudra enfin donner de nouveaux locaux à l’école municipale de musique avec une scène partagée pour les différentes associations musicales ou théatrales.

Notre ville doit être modernisée, rénovée, animée. Elle doit aussi être solidaire et c’est la raison pour laquelle nous voulons qu’Annonay soit une ville pour tous !

Nous voulons la réussite de tous, de nos jeunes comme de nos ainés. Nous voulons qu’Annonay soit une ville où chacun ait la même chance de réussir et qui ne laisse personne au bord du chemin.

Cela passe aussi par une amélioration de la sécurité et de la tranquillité publique en renforçant les effectifs de la police municipale.
C’est essentiel pour rassurer chacun et assurer une prévention efficace notamment en organisant une patrouille en soirée et début de nuit.

Mais il ne faut pas se tromper le « vivre ensemble » c’est aussi faire en sorte que chacun ait les mêmes chances de réussir et de construire sa vie.

C’est pour cela que nous voulons poursuivre la rénovation des écoles pour donner aux enfants les meilleures chances de réussir et un cadre de travail amélioré pour les enseignants.

Pour cela aussi que nous voulons réussir la réforme des rythmes scolaires pour qu’elle soit utile aux enfants, avec des activités de qualité et en partenariat avec les parents et les enseignants.

Nous maintiendrons une politique forte pour la jeunesse en partenariat avec les associations et les établissements scolaires (conseil municipal des jeunes, forums de prévention..).

Et nous continuerons à aider les familles en augmentant le nombre de places en crèches et en soutenant les actions d’aide à la parentalité ainsi que la scolarisation enfants de deux à trois ans grâce aux « classes passerelles ».

Nous voulons aussi, et c’est un sujet particulier, créer avec l’Education Nationale une classe spécialisée pour l’accueil des enfants autistes. C’est possible et ce dès la rentrée de septembre 2014.

Pour nos aînés, nous proposons de créer un lieu de rencontre et de convivialité pour les personnes âgées isolées, en lien avec le foyer logement et veiller à lutter contre l’isolement tout en créant des liens intergenerationnels.

Enfin, dans tous les quartiers, nous soutiendrons les projets de jardins collectifs pour favoriser le lien entre les habitants et nous organiserons des réunions de concertation thématiques pour permettre l’accès de tous aux informations municipales, en toute transparence.

Cet accès à l’information, nous y veillerons aussi en adaptant nos outils de communication aux personnes malvoyantes et malentendantes

Rénové, animée, solidaire et ouverte à tous, Annonay doit aussi rester au cœur de son bassin. C’est pour cela que notre quatrième priorité est de veiller à ce que notre ville soit une ville inventive au cœur de son bassin de vie

Annonay est la capitale du Nord Ardèche. Si le temps des guerres de clochers est révolu, nous devons unir toutes nos forces au service de notre bassin, de l’emploi, et en protégeant notre environnement.

Il nous faut pour cela continuer à créer des zones d’activités supplémentaires et continuer à accompagner les entreprises pour favoriser la création d’emplois. Nous voulons notamment créer une agence de développement de l’agglomération.

Il nous faut aussi agir directement, en ville, et c’est pour cela que nous envisageons de racheter des locaux commerciaux au cœur des vieux quartiers pour y installer des artisans d’art dans le domaine du tissu, du papier, de la décoration ou des arts, et en revalorisant le musée César Filhol.

Evidemment, nous continuerons à soutenir la fédération des commerçants, et plus encore grave à l’aide que nous avons obtenue de l’Etat dans le cadre du Fiscac. Nous veillerons aussi a développer un programme d’animations dans toute la ville pour attirer des visiteurs.

Et nous associerons ces memes commerçants à ce beau et immense projet qui consiste à faire du quartier de Faya un pole moderne et d’animations commerciales et culturelles en partenariat avec les commerçants du centre-ville, des investisseurs locaux et des franchises nationales.

Pour accompagner ces actions, il nous faudra aussi réorganiser le réseau des transports en commun, lorsque le contrat avec le délégataire se terminera à l’été 2015, pour qu’il soit plus efficace et adapté aux besoins des usagers et de l’activité économique.

Nous savons que notre bassin a payé un lourd tribut à la crise économique et sociale.

Nous avons acquis la conviction que si les crises sont nationales ou mondiales, il est possible dans notre bassin de limiter certains de leurs effets.

C’est pour cela que nous proposerons de créer une conférence économique et sociale avec les organismes professionnels, syndicaux et de formation pour anticiper les évolutions de notre économie, améliorer l’offre de formation et faciliter l’emploi des jeunes du bassin.

Enfin dans le secteur du tourisme, nous voulons valoriser notre patrimoine industriel et scientifique dans les secteurs du cuir, du papier et de la montgolfière, et créer un sentier du patrimoine dans le centre-ancien.

Tout cela devra être fait avec précaution.

D’abord pour préserver notre environnement et nous devrons mettre en place un programme d’économie d’énergie et de production d’énergies renouvelables sur les bâtiments municipaux.

Nous devrons aussi veiller à protéger la Deume, la Cance et le site du Ternay tout en valorisant le barrage comme espace touristique et de loisirs.

Je ne crois pas que l’on puisse mener une action de développement sans se soucier de notre environnement, et cela sera aussi au cœur de notre travail sur le PLU.

Tout cela, enfin, ne sera pas fait si nous sommes seuls.

Nous continuerons donc à travailler avec l’Etat, la Région et le Département pour qu’ils soutiennent nos projets mais aussi pour accompagner la rénovation du collège des Perrières, la construction de la nouvelle caserne de pompiers et obtenir des aides pour nos projets. Nous sommes les mieux placés pour le faire.

Vous le voyez, nous ne manquons pas d’idées ni de projets.

Je veux insister sur un point. Tout ce que nous proposons est réaliste, réalisable et finançable à l’échelle d’un mandat et en gardant notre cap et notre sérieux budgétaire.

Nous veillons à ce que notre projet soit sérieux et réaliste.

Nous veillons à ce qu’il soit inscrit dans les compétences de la Ville. Ce n’est pas nous qui promettons des actions relevant purement et uniquement de l’Etat ou de la Région.

C’est à nos yeux une question de crédibilité.

Je veux insister sur un autre point.

Seul, je ne pourrais pas mettre en œuvre le dixième de ce que je viens de vous présenter.

Heureusement et évidemment, je ne me présente pas seul mais avec une équipe. Et je sais que nous pourrons réussir ensemble.

J’en suis d’autant plus convaincu que je me présente devant vous avec une équipe d’hommes et de femmes engagés, compétents, disponibles et qui veulent travailler au service toutes et tous.

Homme de convictions, député socialiste, je n’ai jamais caché mon étiquette et je sais rester fidèle à mes valeurs de gauche tout en travaillant avec toutes celles et ceux qui veulent s’engager pour notre Ville.

C’est pour cela que je conduis une équipe de rassemblement, réunissant des Annonéennes et des Annonéens aux parcours divers mais tous attachés aux valeurs de justice et de progrès.

Toutes et tous amoureux de notre Ville.

Nous n’avons qu’une ambition : notre ville.
Nous n’avons qu’un cap : celui de l’intérêt général.

Nous sommes rassemblés autour de notre projet et de nos propositions. Et uniquement autour de cela.

C’est la raison pour laquelle nous avons veillé à ne jamais sombrer dans la polémique, à ne jamais rentrer dans ce jeu qui consiste à inonder la ville de mensonges et de propos calomnieux.

Nous sommes convaincus qu’une élection se gagner sur un projet, sur un bilan et sur la capacité d’une équipe à les porter.

Ce n’est pas ma première élection mais je peux vous assurer que j’ai toujours fait campagne de la même manière, sans jamais critiquer mes adversaires et toujours concentrés sur notre projet !

Je vais conclure car j’ai déjà été trop long.

Je souhaite le faire par des mots plus personnels. Vous êtes nombreux à me connaître, à bien me connaître.

J’aime Annonay !
C’est ma Ville, j’y suis né, j’y ai grandi et j’y construis ma vie.

Je n’ai qu’une ambition, c’est lui être utile comme maire évidemment mais aussi comme député en défendant nos projets et nos dossier, en veillant à ce que notre territoire ne soit pas oublié.

J’ai toujours vécu ici. Je connais bien notre Ville, je connais bien les Annonéens. Je connais notre fierté lorsque nous regardons ce que notre ville a apporté et ce qu’elle apporte encore à l’industrie. Je connais notre attachement à nos rivières, nos vallées et nos rues pentues.

Je connais aussi les difficultés, économiques, sociales, qui peuvent parfois désespérer.

J’ai souvent eu l’occasion de la dire : je suis et je reste le petit-fils d’un ouvrier tanneur et d’un ouvrier papetier.

Je suis et je reste le fils d’ouvriers qui sont nés et qui ont eux aussi construit leur vie ici.

Je suis fier de cela et de cette identité qui s’enracine dans l’histoire de notre ville.

Rien ne m’a été donné et je ne suis pas ne une cuillère en argent dans la bouche.

Plus exactement, rien ne m’a été donné à part une chance. Celle d’avoir rencontré ici des hommes et des femmes – enseignants, bénévoles, élus…- des hommes et des femmes avec des valeurs chevillées au corps : celles de l’égalité, du mérite et de l’émancipation individuelle.

Par mon engagement, c’est aussi que je veux rendre. Permettre à d’autres d’avoir la même chance de pouvoir construire leur vie dans la ville qu’ils aiment.

Ce soir, et je sais que mon équipe partage ce sentiment, ce n’est finalement pas une déclaration de candidature mais une déclaration d’amour à notre Ville que nous faisons.

Nous nous engageons à aimer Annonay et à la servir.
Nous nous engageons à rénover notre Ville et la rendre plus accueillante, plus inventive et solidaire.
Nous nous engageons à préparer et préserver son avenir.

Nous voulons aller de l’avant et imaginer Annonay en 2020, en 2030, avec Faya, avec Fontanes et avec encore et toujours notre tradition industrielle au cœur de l’Ardèche Verte.

C’est avec vous que nous bâtirons et déciderons l’avenir d’Annonay.

Nous avons besoin de vous. De votre soutien, de votre confiance et de votre mobilisation.
Rien ne serait pire qu’une élection municipale sans citoyen, qu’un projet sans adhésion.

Votez et faites voter le 23 mars prochain.
Dites avec nous votre envie qu’Annonay Avance !

Commentaires Facebook